PLUS DE CONSEILS EN VIDEOS!

5 raisons d’être exigeant.

Je ne vais pas te faire une définition de l’exigence. Je vais plutôt te parler des raisons pour lesquelles tu devrais te demander si tu es exigeant envers toi et envers les autres, et si ce n’est pas le cas de t’y mettre immédiatement.

Tu as souvent entendu dire qu’il faut être exigeant, que c’est une qualité qui est

indispensable à toute réussite. Des personnes exigeantes, tu en as certainement vues, si tu n’as pas eu à travailler avec/pour elles.

Si tu estimes que tu es quelqu’un d’exigeant, pas besoin de continuer à lire les lignes qui suivent. Par contre, si tu sens que c’est quelque chose qui te manque vraiment ou qu’on te le reproche, alors prends un stylo et une feuille parce que ce qui suit est pour toi.

Tu dois avant tout comprendre que ton niveau d’exigence envers toi-même et envers les autres déterminera la qualité de ta vie et la qualité de ton environnement. Tu n’as qu’à regarder autour de toi. Loin de te parler des richesses matérielles (les grosses villa, les voitures de luxe, le compte bancaire qui déborde etc.) la qualité de vie des personnes réputées exigeantes n’est jamais pareille à celle des personnes qui se laissent aller.

Observe le sportif qui va tous les jours en salle, qui ne laisse passer aucune journée sans faire de sport. Compare le à celui qui ne bouge jamais, qui mange tout un tas de cochonneries, qui est toujours devant la télé, qui s’intoxique le corps avec tout ce qu’il trouve sur son chemin. La différence est toujours flagrante. 


Un petit tour sur notre Insta?
Supplément motivation sur notre Insta!
Regarde le collègue qui n’est jamais exigeant dans son travail, qui se contente de faire le strict minimum et qui plie toujours bagages à l’heure de la descente. Il est carrément à l’opposé de celui qui s’investit, qui descend des heures après la descente (s’il ne vient pas avant tout le monde), et qui abat un boulot de malade. Le premier n’a jamais de promotion. À la limite il fait partie du décor. Jamais de promotion, jamais de bonus, et sans le savoir, c’est celui qui est potentiellement "licenciable" en cas de problème économique au sein de l’entreprise. Parce qu’il ne représente aucune valeur ajoutée aux yeux de la direction. C’est à titre d’exemple.

Nous sommes à une époque où être bon ne suffit plus. Ni être excellent d’ailleurs. Il est impératif d’être le meilleur. Quelque soit le domaine.
Il est clair que le mot « exigence » peut rebuter. J’ai connu une personne à qui est le mot exigence renvoyait à la froideur, à la dureté.
C’est là qu’intervient le premier changement mental à faire. 

  • La première astuce consiste donc à remplacer « exigence » par  « envie de meilleur ».
Le langage que tu utilises peut être, pour toi, une fusée ou un boulet!

Et si ça ne fait pas écho dans ta tête, trouve une expression qui te correspond. L’essentiel étant de remplacer un mot qui te bloque par un mot ou une expression qui te propulse.  

  • La deuxième astuce consiste à toujours faire un peu plus que tu ne peux. Les coachs sportifs sont d’ailleurs très doué pour ça. Ils poussent toujours leurs clients à aller au-delà de leurs limites. Juste un peu au-delà de leurs limites. Faire un pas de plus. Si leur client a l’habitude de courir 5 km par jour, et lui demandent de faire 500 m de plus. Si le client soulève 30 kg, ils lui ajoutent 1 kg de plus pour cette semaine, jusqu’à ce que le corps s’habitue, puis un autre kilo vient s’ajouter.

Je t’avais déjà parlé de mon prof de gym en terminale qui nous avait fait croire qu’au lancer de poids nous aurions affaire à des boules de 8 kg. Pendant toute l’année nous sommes tués à lancer des 8kg ou 7 (ma mémoire me trahit). Puis nous sommes tombés des nues lorsqu’à l’épreuve physique du bac, nous avons découvert que le poids à lancer était de 5 kg ou six (je ne me souviens vraiment plus). Et tous les élèves avec qui j’ai passé l’épreuve physique et qui étaient venus d’autres lycées et collèges étaient choqués quand ils ont vu le petit gringalet que j’étais lancer plus loin que des costauds qui m’avaient précédés. L’exigence avait payé.

    https://www.instagram.com/couragelabo/
  • La troisième astuce consiste à trouver des gens qui ont fait plus que ce que nous voulons faire. Il ne s’agit pas seulement de s’en inspirer, mais de trouver leurs stratégies. Parce que si quelqu’un réussit à accomplir un exploit, toi aussi tu peux. Tu vas certainement me demander comment faire si cette personne est inaccessible. Au moment où je suis en train d’écrire ces lignes, il y a un outil fantastique qu’on appelle Internet. Les blogs existent par milliers, les chaînes YouTube n’en parlons pas, et au pire des cas, si vous ne trouvez pas l’information que vous souhaitez obtenir, vous pouvez toujours envoyer un mail.

Si tu veux que ton jardin soit le plus beau du quartier, cherche sur Internet un expert en jardinage, quelqu’un qui a vraiment réussi son ou ses jardins. Souvent tu n’auras pas besoin de lui écrire pour obtenir des conseils. Tu devrais normalement trouver ton compte sur son blog, sur sa chaîne YouTube. Abonne toi à sa newsletter. Suis le sur tous les réseaux sociaux. Enregistre tout ce que tu trouves sur lui. Espionne le à la limite! Tu devrais pouvoir, en très peu de temps, obtenir les mêmes résultats que lui ou un peu moins. Mais dans tous les cas, tu pourras nettement t’améliorer.

  • La quatrième astuce, et en principe c’est par elle que je devrais commencer, consiste à se fixer des buts plus élevés que ce qu’on se fixe autour de toi. Tu vas peut-être me demander quel est le rapport entre tes objectifs et ceux que ton entourage se fixe. Il y a quelque chose d’insidieux que je comparerai à de la contamination.

Les américains disent : birds of the same feather goes together. Les oiseaux de même plumage voilà ensemble.

Sans le savoir, les limites que tu te fixes sont souvent similaires à celle de ton entourage. Là où par exemple à la Silicon Valley, les objectifs financiers des jeunes entrepreneurs s’envolent vers les centaines de millions de dollars, dans ton entreprise, les objectifs financiers tournent peut-être autour de quelques dizaines de millions d’euros. Ton objectif financier à toi et à tes collègues se limitent peut-être à quelques milliers d’euros. Si tu avais évolué avec les entrepreneurs de la Silicon Valley, il est clair que tu n’aurais pas les mêmes objectifs. Mais ce n’est pas quelque chose de définitif. Tu dois prendre conscience de tes limites, te fixer de nouvelles limites, et savoir que ces nouvelles limites ne sont pas inaccessible. Fixe-toi un objectif à court terme. Un autre à moyen terme et un autre à long terme. À toi de voir le rythme qui te convient. Je te conseille (mais vraiment à toi de voir) de te fixer un objectif pour tous les trois mois, puis un objectif pour chaque année, puis un objectif pour les 10 ans à venir. Pas simplement un objectif financier. Tu peux par exemple te dire que d’ici trois mois tu maîtriseras le codage et que dans un an tu auras comme goal de développer une application qui cartonne et que dans 10 ans tu auras créé une nouvelle technologie.

  • Enfin en cinquième astuce, il s’agit de ne plus accepter moins. Fais la liste des choses que tu ne veux plus faire, vivre, la liste des personnes avec lesquelles tu ne veux plus avoir affaire, des endroits que tu ne veux plus fréquenter, le niveau de revenus que tu ne veux plus avoir etc. La liste est longue. Mais c’est à toi de dire non à toutes ces choses et situations qui ne te conviennent plus, et à dire oui à tout ce à quoi tu aspires. Ça ne sera évidemment pas facile mais c’est exactement cela le but du jeu : surmonter les difficultés et gagner.

N’oublie pas que si l’exigence est un must, elle es loin d’être hors de portée. Fais une liste de tout ce que tu aimerais changer dans ta vie et demande toi si tu y as été exigeant. Il y a de fortes chances que la réponse soit non. Applique les stratégies que je viens de t’expliquer plus haut et agit avec constance. 

N’hésite pas à me contacter si tu veux aller plus loin.

Et n'oublie pas de partager l’article! Quelqu'un en a certainement besoin! 


Amicalement! 
https://twitter.com/couragelabo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire