PLUS DE CONSEILS EN VIDEOS!

Pourquoi tu dois flirter avec le mot non

Non est un pénible mot. On n'aime pas se l'entendre dire et il est aussi difficile à prononcer des fois. On a souvent peur d'aller demander un service par peur de s'entendre dire non et lorsqu'on nous demande une faveur qu'on ne peut pas accorder, on a aussi l'habitude de dire non en l'accompagnant d'une
justification, pour moins paraître méchant ou pour moins blesser.

Tu dois cependant réaliser une chose: sans vouloir verser dans le masochisme, le mot non est un mot avec lequel il faut faire. Et puisqu'il faut faire avec, il ne faut pas que tu le laisses t'abattre. Tu dois plutôt le dompter. 


Et je vais t'expliquer comment!

D'abord tu dois savoir l'exprimer, ce mot. Sans pression. Sans te justifier. Parce qu'il y a des cas où tu seras obligé de justifier tes refus. Mais je ne parle pas de ces cas extrêmes.

Apporte un peu de nuances à ta vie, un peu de relief. Dis oui mais dis aussi non. Et dis non beaucoup de fois. Pourquoi? Tout simplement parce que si tu passes ton temps à dire oui, tu seras une personne facile. Personne se demandera si tu vas accepter telle proposition ou pas parce qu'avec toi "'y'a pas de problème!". Tu seras de la catégories de personnes qui ne disent pas non. Et quand c'est facile, les gens abusent. Quand c'est facile, ça n'a plus de valeur. Et de la valeur, tu dois en avoir. Un max. En illimité même. Tu dois être inestimable.

Donc pour t'exercer, dis non à tout ce qui n'est pas important. À partir de tout de suite. À partir de ces mots. Un ami veut que vous alliez diner ensemble, dis lui que tu ne pourras pas. Un collègue veut que tu l'accompagnes faire du sport? Tu ne pourras pas. 


Que tout ce qui n'est pas important, qui te fera perdre du temps, de l'énergie et/ou de l'argent se heurte à ton "non".


Et ce n'est pas seulement valable pour les gens. Mais aussi pour les circonstances, les choses. Tu es dans un resto et tu t'apprêtes à reprendre un second verre? Un dessert? Dis non. Refuse le toi. N'attends même pas sinon tu hésiteras et tu trouveras une bonne raison de rester le prendre. Lève toi, paie l'addiction et bouge. Tu veux répondre à ce mail mais tu es scotché devant une vidéo Facebook où une émission tv? Dis lui non, éteins le tout et fais ce que tu as à faire. 


Les seules choses qui méritent ton attention et ton énergie, ton temps, doivent être des choses importantes. 


Soyons clair, tu dois te divertir, te faire plaisir, te relaxer. Mais apprends à flirter avec le mot non. Tu verras que tu gagneras un temps considérable, une énergie énorme et peut être même beaucoup d'argent en disant non à des choses que tu crois importantes mais qui sont à y regarder de plus près, inutiles. Des distractions pures et simples.

Puis il y a l'autre côté du mot non. Pas quand on le dit, mais quand on se le prend. La susceptibilité jaillit des bas fonds de notre être et nous fait sentir coupable, minable, nul, "rejetable" ou que sais je. On associe le mot non à notre nullité potentielle, à notre mocheté, au fait qu'on ne soit pas à la hauteur. Tout un tas de considérations de notre personnes qui volent en éclat et qui laissent place à des interprétations injustifiées mais que nous acceptons.

"Non monsieur je ne peux pas vous aider je suis pressée"

Du coup, puisque "je ne suis pas pressé, je suis inutile" devant d'autres qui sont utiles puisque pressées, occupées. On rougit, on balbutie, on est gêné tout simplement parce qu'on nous a dit "non". On se sent de trop. 


Laisse moi te dire un truc. Sans vouloir te ramener le discours développement personnel des années 80 - 90, tout ceux qui ont connu des réussites retentissantes ont connu des non retentissants. Et ils n'en sont pas pour autant morts.

Et manque de bol, tu devras faire avec. Le truc c'est que tu ne peux pas maitriser à 100% ce qui est extérieur à toi. Mais ce qui est intérieur à toi, tu peux le contrôler. Un non qu'on te jette en plein visage, ce n'est peut être pas de ta faute. Mais comment tu le prends, comment tu le gères, comment tu le manages pour passer à autre chose, tu en es entièrement responsable.

Je disais l'autre jour à une lectrice du blog qu'il n'y avait pas de danger à ce que ses demandes d'emploi se soldent par des non. Le véritable danger était qu'elle se laisse abattre par ces réponses. Je lui ai expliqué ma technique des 10. C'est une technique que j'ai improvisée au hasard à l'époque de ma jeunesse, mais qui m'est aujourd'hui d'une grande utilité.

A supposer que tu veuilles une pièce d'argent pour aller dans une cabine et appeler, situation très gênante car on t'assimile à un escroc où à un mendiant qui se dissimule derrière son prétexte de vouloir appeler, au lieu de te focaliser sur une personne, de tout miser sur une seule demande et de te sentir ensuite vexé lorsqu'on te répond non, met toi en tête que tu vas parler de ton problème à 10 personne.

Il y en a qui vont penser, "mais il est malade O'gus! C'est déjà pénible d'aller demander service à une personne à plus forte raison 10!"

L'astuce au fait est de tromper son cerveau pour se donner confiance. Un seul refus et ton cerveau qui aime que tu restes dans ta zone de confort se mettra à généraliser et à te faire croire que tout le monde va refuser comme le premier (et le dernier).

Intègre le fait que tu vas aborder 10 personnes et ton cerveau agrandira la zone de confort à 10 personnes. Les premiers refus ne te mettront pas mal à l'aise. Et après plusieurs tentatives, on s'ajuste, on sait comment parler aux gens, on améliore son approche et plus on a de refus, plus on sait comment s'y prendre de nouvelles fois, et plus on a de chances de nous entendre dire oui.

Soit un guerrier de la vie, ne laisse plus les refus t'affecter, te décourager. Ils devraient plutôt te donner envie de foncer, d'aller vite et bien vers ton objectif. Et de montrer aux autres qui t'ont dit non que la terre tourne quand même sans eux. Tu as déposé dans plusieurs entreprises pour un job et la réponse qui revient toujours est non? Voilà une occasion, une opportunité de cravacher, d'aller de l'avant pour obtenir un job, créer ta startup, devenir influenceur où que sais je et laisser derrière toi toutes ces personnes qui t'ont pas ouvert leurs portes.

Imagine qu'on fasse un saut arrière dans le temps, si toutes ces personnes qui ont refusé de travailler avec Steve Jobs, savaient comment il impacterait le monde et l'économie mondiale, penses tu pas qu'ils se seraient jetés à ses pieds avant même qu'il n'aie ouvert la bouche? 




Laisse de côté le bien être, la douceur, l'harmonie pour un moment et fais toi souffrance, affronte la vie, ses vexations et exige toi d'obtenir des résultats palpables, mesurables. Laisse les rêves pour un instant, et va proposer tes business. Prends toi des claques, reviens te rectifier et retourne dans le ring.

Beaucoup de personnes auraient obtenues bien meilleur de la vie si elles étaient assez couillues pour sortir de leur zone de confort et se prendre des claques. Mais on divinise la sécurité, on crée une foule de concepts qui sont en réalité des prétextes pour ne pas agir. Et on s'étonne que rien ne bouge et qu'on s'ennuie autant dans sa vie.

N'oublie jamais, n'hésite pas à dire non quand ce n'est pas important, n'accorde pas d'importance aux refus qu'on t'oppose, et ne te focalise que sur le résultat que tu veux. Même si tu ne l'obtiens pas, tu te seras nettement plus amélioré, et seras bien plus loin que les autres trouillards qui n'imaginent même pas quitter leur rive.

Le monde est vaste, la vie est courte, explore apprends entreprends et ne fais pas comme le reste, la majorité qui se laisse arrêter par un seul mot: "non" car celui qui se laisse arrêter par ce mot est tout simplement plus faible que ce mot.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire