PLUS DE CONSEILS EN VIDEOS!

Ce que pousser une voiture en panne m'a appris

Les premières fois que je conduisais une voiture, j'était tellement grisé par cette sensation de puissance, de facilité, de rapidité que j'en oubliais tout simplement qu'une voiture avait besoin d'entretien et de carburant. C'est ainsi que souvent, je tombais en panne.  

Et un jour, fatigué de pousser tout seul ma voiture sur la corniche, sous le chaud soleil, une révélation me tomba sur la tête. Je reconsidérais la voiture et me rendais compte que
ce qui la faisait bouger, la force qui la rendait rapide et puissante n'était pas à l'extérieur mais à l'intérieur. La voiture est 10 000 fois plus efficace quand le mécanisme intérieur est nickel que quand elle est poussée ou remorquée. 

En quoi est ce une révélation? 

Toute action vient d'une pensée, d'une réflexion, d'une envie ou d'une intuition. C'est le chemin de l'intérieur vers l'extérieur. Mais devant tout ce schéma qui se déroulait tous les jours sous mon nez, j'avais toujours tendance à vouloir opérer des changements dans ma vie, à partir de l'extérieur. C'est ce que j'appelle "rouler en sens interdit". Pour perdre du poids, certains suivent des régimes. Mais ils (elles pour la plupart du temps :-) ) ne pensent pas commencer ce changement à partir de l'intérieur. Ils s'imaginent mal avec leur poids idéal. Ceux qui veulent arrêter la cigarette s'imaginent mal vivre sans clopes. Ceux qui sont timides imaginent mal des situations où ils sont ouverts, sociables, souriants, décontractés. Résultats, malgré tous les programmes, les régimes qu'ils suivront, ils abandonneront au bout de quelques jours. Parce qu'il y a une rupture entre l'action qu'ils mènent et la croyance de leur réussite. Il faut une cohérence.

                                                                                           
                                                    

Vous aurez beau suivre des programmes, des régimes ou autres techniques, si votre intérieur n'est pas conforme au changement voulu, vous n'avancerez pas loin. 

Changez vos croyances, balayez vos peurs. Ne considérez pas l'échec, mais réjouissez vous de la réussite que vous voulez: votre poids idéal, votre corps sans nicotine, votre vie sans l'addiction qui vous mine. Sentez vous régulièrement soulagé, reconnaissant d'être libéré. Comme dans un thermostat, maintenez ces sentiments et cette croyance bien au chaud. 

Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas agir. Au contraire, entrez dans la danse. Seulement, l'action sans conviction ne produit que de piètres résultats. Mais si vous agissez tout en vous comportant intérieurement comme je vous l'ai souligné plus haut, tout concordera et les résultats ne tarderont pas à pointer le bout du nez. Vous serez alors assez motivé et assez sûrs de vous pour foncer et atteindre votre objectif. 

Pour finir, une petite anecdote.

Alors que j'étais au collège, nous devions passer notre examen sportif. J'avais opté pour la corde à grimper. Pendant toute une année, je n'étais pas arrivé à quitter le bas de la corde. J'allais passer cette épreuve parce qu'elle était moins éprouvante que courir 1km. C'est alors qu'un camarade de classe m'a expliqué que pour monter, il utilisait ses deux mains pour se tirer vers le haut, et ses deux pieds pour "verrouiller" le niveau atteint. Il serrait la corde entre ses jambes et plus bas, entre ses orteils, puis il montait. Et répétait le même système jusqu'au bout. Je connaissais la technique maintenant mais j'avais peur de la hauteur. Il me suggéra alors d'imaginer que je devais sauver ma petite amie d'à l'époque, dont j'était fou amoureux, d'un immeuble en incendie. Avec la corde :) 

Ce jour là, le professeur d'éducation physique me regarda avec de gros yeux car il ne comprenait pas ce qui m'était arrivé. J'étais monté jusqu'au sommet en un temps plus court que la moyenne.  

Observez bien qu'au départ, je n'avais pas la technique pour y arriver. Une fois que je l'avais, je devais me débarrasser du sentiment de la peur de la hauteur, en le remplaçant par une motivation de taille. Une fois la technique dans ma tête et la motivation dans mon coeur, le reste est devenu automatique. J'avais dépensé beaucoup moins d'efforts que quand je me tortillais et me balançais sur la corde sans bouger d'un centimètre. 


Essayez ce schéma "intérieur vers extérieur" sur de petites choses au quotidien et donnez m'en des nouvelles. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire